60 692 visites 2 visiteurs

Paroles de Coach : Alexandre ROUYER - U8/U9 : "Aujourd'hui, il existe une véritable solidarité sur le terrain, ils se soutiennent ..."

12 juin 2018 - 07:56

L'emblématique Equipe de Choc U9 et les Compagnies U8 et U9 .... un travail qui n'est pas de tout repos au quotidien mais qui apporte tellement de plaisirs à ceux qui leur apprennent et à ceux qui les suivent et les soutiennent .... Pour ce 3ème Chapitre de "Paroles de Coach", retour sur le bilan de la Catégorie U8/U9 pour cette saison 2017 / 2018 par le Coach Alex !

Déjà expérimenté dans le domaine du coaching depuis plusieurs années, qu’est ce qui t’a finalement poussé à revenir au SC Marly ?

 J’étais au SC Marly il y a une quinzaine d’années. J’avais trouvé le Sporting comme étant un club familial où je me suis fait beaucoup d’amis. Mais c’est surtout quand j’ai été contacté par Serge GRIMMER pour rejoindre le staff que j’ai pris la décision de revenir.

Serge était mon coach lorsque j’avais 13 ans. Je vais bientôt avoir 40 ans, on se connait donc depuis longtemps. Quand Serge, qui a en charge l’Ecole de football, m’a demandé si j’étais intéressé pour coacher à nouveau des enfants, j’ai dit oui sans hésiter. Les enfants me manquaient et surtout le terrain me manquait.

 

Et puis la surprise à ton arrivée, te voilà propulsé Responsable de Catégorie …

Pour la petite histoire, je devais reprendre initialement les U8 ; l’encadrement des U9 et de la catégorie devant être assuré par un autre éducateur. Puis finalement, le coach en question ne pouvant pas se libérer en dernière minute, on m’a demandé si je me sentais capable de prendre l’ensemble de la catégorie. Je m’en sentais capable. Je reconnais cependant que compte tenu du nombre d’enfants à prendre en charge ; nous avons manqué au départ de moyens humains.

Avec les moyens que nous avions, nous avons tenté de relever le défi que Serge GRIMMER avait fixé. Ce ne fut pas tous les jours facile mais que je ne peux pas refuser grand-chose à Serge … (Rires).

 

Dans la tranche d’âge dont tu as la responsabilité, on voit beaucoup de parents prendre les rênes des équipes U8 / U9 … N’étant pas vraiment concerné dans ton cas, pourquoi avoir choisis d’entraîner cette catégorie plutôt qu’une autre ?

Pas vraiment, l’école de Foot cela me plait. Après pour être tout à fait honnête, après quelques années d’absence, je t’avoue que je suis revenu dans un monde complètement différent de celui que j’avais laissé. Il y a eu des réformes !

Mettre en place des cocottes et des piquets pour former des buts sur les plateaux U9 fut un peu perturbant au départ. A mon époque, cette catégorie évoluait déjà sur demi-terrain. Pareil, quand je vois les U13 qui jouent encore sur demi-terrain. A 13 ans, je jouais déjà sur grand terrain.

Je ne remets absolument pas en cause la méthode. Pour ma part, ce fut une réelle découverte et il a fallu s’y faire ! Malgré ce changement, je préfère l’école de foot. Coacher du foot à 11 ne m’éclaterait pas autant.

 

Quels étaient les objectifs que tu avais fixé cette année à la catégorie ?

De leur donner des bases techniques principalement. Mais aussi d’aborder la tactique à travers le positionnement sur le terrain. Par exemple, nous avons abordé la notion de « bloc équipe » avec les enfants en expliquant qu’il ne doit pas y avoir une distorsion entre l’attaque qui se porte vers l’avant avec une défense qui reste figée ou encore de ne pas voir son gardien accroché sur sa ligne de but en phase offensive … Cela a pris du temps mais c’est aujourd’hui acquis.

Je ne cache pas que pour certains gamins, nous partions de très loin. Il reste encore du travail pour atteindre le niveau équivalent à celui des grands clubs environnants mais la marge de progression cette année a été très forte et c’est très encourageant pour la suite. Je le répète, la marge de progression aura été énorme pour la majorité des enfants …. Après dire que tous auront progressé serait mentir ; tous n’auront pas progressé. Il y aura quelques déceptions.

Quand tu demandes à un gamin de réaliser un geste et qu’il est appliqué, il y parviendra. S’il n’y parvient pas mais qu’il reste déterminé, c’est la répétition qui fera qu’il y parviendra … En revanche quand tu demandes quelque chose à un enfant et que celui-ci te répond « Non » ; que tu proposes un autre exercice et qu’il continue à te répondre « non » ; cela devient plus compliqué …

 

Selon toi, quel restera la grande réussite sur cette saison sur le plan émotionnel pour les enfants dans ce que tu leur auras enseigné cette année ? Qu’est ce qui ressort pour toi de positif ?

Fédérer une équipe. Quand je suis arrivé, la catégorie était composée de pleins d’individualités. On attendait en permanence le « moi je … moi je … moi je …. ». Aujourd’hui, il existe une véritable solidarité sur le terrain, ils se soutiennent. Mais même en dehors du stade, ils vont dormir les uns chez les autres. C'est devenu une bande de potes ! Quand un joueur fête son anniversaire, il invite toute son équipe !

Cette cohésion s’est même propagée du côté des parents … des barbecues se font en commun où même le coach est convié.

Une belle cohésion et une solidarité sur le terrain et en dehors. Un groupe uni vraiment chouette ! Pour la catégorie U9 notamment, pas un joueur n’imagine aujourd’hui arrêter le foot voire seulement changer de club …

 

Quelles sont les choses qu’il reste à améliorer pour ces enfants ?

Le chantier reste vaste pour progresser : l’attention,  l’implication et surtout la concentration. Pourtant lors des entraînements, nous prenons le temps de montrer les exercices, de découper les gestes calmement, de réaliser des « feed-back » pour avoir un retour. … mais cela reste encore compliqué. Il va falloir être patient.

Certains ont énormément progressé en s’impliquant et progressivement ces joueurs servent d’exemple pour les autres et tirent le groupe vers le haut. Ce n’est pas encore le top, il va falloir du temps mais on avance !

Pour ne rien te cacher, il reste encore beaucoup de travail sur le plan technique et si les enfants étaient un tout petit peu plus attentifs nous aurions progressé plus rapidement. On avance cependant. Durant les entraînements, je laisse toujours des phases de relâchements de 3-4 minutes entre les exercices pour qu’ils décompressent, rigolent, parlent de l’école ou fassent des « actions ou vérités », nouvelle mode depuis peu parmi les joueurs (rires) … cela reste leur temps. 

En revanche, quand on démarre un atelier, je demande de la concentration.  Le chemin reste encore long mais cette méthode commence à porter ses fruits ….

Ayant pris des cours de théâtre, j’ai même mis en place des exercices de concentration qui permettent de déceler quels enfants parviennent à se mobiliser et ceux qui sont plus en difficultés pour se focaliser.

 

Ton meilleur souvenir pour cette année ?

 J’en ai eu pleins mais s’il un seul devait rester, dans l’émotion et dans la convivialité du foot, cela serait le nocturne de Novéant. Au cours de cette soirée, une belle amitié est née entre les joueurs et parents U9 de l’APM Metz et nos jeunes et leurs parents !

 

Le pire ?

Pas vraiment de pires ... J’aurais été touché cependant par les reproches d’une maman qui n’aura pas compris la méthode que nous tentons d'employer. Le Sporting est en train de se transformer et cela peut parfois surprendre certains parents. Peu à peu, le statut de club de village que les gens ont connu il y a 15 ans, est en train de s’effacer pour faire place à un club bien plus structuré où il y a des règles … une hiérarchisation. Cela peut parfois choquer.

A l’école des Jaunes et Noirs, personne n’est mis de côté mais pour évoluer il est normal de faire jouer les meilleurs avec les meilleurs. Certains parents peuvent encore avoir du mal à le comprendre et manque de tolérance.

En revanche certains parents acceptent le changement et même à contre cœur, laisse au coach ses décisions. Pour moi, le meilleur exemple reste celui de Kiara qui a débuté la saison en U9/2 avec des U8. Elle en avait besoin. Ses parents sont alors venus me voir pour m’informer que la jeune fille jouait en équipe 1 et qu’il ne comprenait pas mon choix. Je leur ai simplement demandé d’être patients ; que j’avais besoin de me faire ma propre idée et que la porte n’était pas du tout fermée. Finalement après le plateau, le jour même sans attendre, les parents sont revenus me voir et m’ont confié que finalement leur fille s’était bien amusé ; même en équipe 2. Ces parents ont eu la meilleure des réactions ; laissez s’exprimer leur enfant en faisant confiance au coach ! Aujourd’hui, Kiara a énormément progressé et elle a intégré l’Equipe de Choc avec une énorme envie ; une envie que tout le monde n’a pas. Aujourd’hui, nos adversaires nous l’envient !

 

Depuis le début de l’année, une partie de l’effectif est passée sur demi terrain pour réaliser des rencontres en amical contre d’autres équipes ? Tout le monde ne fait pas ce choix alors quel bilan tires-tu de cette expérience ?

Je vais d’abord reprendre l’intitulé de la question si tu le permets : tout le monde ne fait pas cela mais tous les grands clubs le font !

Les gamins étaient très contents. Tu mets Gabin dans un grand but il te dit : "voilà je vais enfin faire du foot !" L’exemple de ce joueur résume parfaitement l’état d’esprit de l’équipe sur ce point. En début de saison, Gabin ne parvenait pas à se positionner sur le terrain : un jour attaquant, un jour gardien, un jour défenseur. Depuis le passage sur demi-terrain, il ne veut être que gardien !

Ce passage sur demi-terrain aura peut-être permis à chaque enfant de commencer à entrevoir son identité propre au sein de l’équipe !

 

Tu es l’un des rares coachs à avoir choisit le surnom « Equipe de Choc & Compagnie » ? Aujourd’hui avec le recul penses-tu que les joueurs l’auront dignement porté ?

Evidemment ! Cela reste mon premier ressenti sur ce collectif !

Le surnom est venu d’un des premiers entraînements. Je m’occupais d’une partie du groupe et quand je me retourne les autres sont dispersés aux quatre coins du terrain … Je me dis alors « mais c’est quoi cette équipe de Choc ??? » … depuis c’est resté et ce surnom leur plait. Quand j’appelle aujourd’hui l’équipe de Choc lors d'une séancea … boum,  ... ils déboulent tous devant moi (rires).

 

Pour finir, il est où Alex la saison prochaine ?

Il est à Marly ! Pour plus de détail, vous le serez très vite …

Commentaires

LE PARTENAIRE DE LA SEMAINE

DEPUIS LE 31 MAI !

 

PROCHAINEMENT

affiche echo'sport.jpg